Echographie du clitoris

Odile Buisson, gynécologue française, est la première à avoir réalisé des échographies du clitoris… en 2008 !!!

En quelques mots, voici comment les choses ont débuté… Son collègue, Pierre Foldès, qui est spécialiste de la réparation des mutilations génitales féminines, lui propose de faire des échographies du clitoris. Elle reconnaît avoir eu comme première réaction : « mais ça s’échographie ce machin-là ? » ou encore : « Des échographies du clitoris, mais pourquoi faire ? » et avoir opposé un peu de résistance… qu’elle a vite mise de côté, se rendant compte qu’elle avait été, comme elle le dit, « excisée psychiquement ». En cours de médecine, le clitoris est le grand oublié. Et on échographie l’utérus, les trompes, les ovaires… mais pas le clitoris !! Elle explique avoir été elle-même complètement formatée : « Les médecins sont très formatés, nous ne sommes pas des originaux. On ne peut pas donner dans l’originalité dans la médecine, sinon on fait des bêtises. Donc on est très surveillés, on doit suivre les règles […] quand on nous a appris la gynécologie, on nous a jamais appris à regarder un clitoris »

Donc heureusement, Odile Buisson se met à faire des échographies. D’abord du clitoris au repos, puis stimulé par un doigt et finalement pendant le coït.

Ce qu’explique la gynécologue est que la médecine sexuelle masculine n’a quasi plus de secret ; on connaît l’anatomie, la physiologie, la fonction, la dysfonction et les pathologies du pénis… mais la recherche scientifique sur le clitoris, en 2015, est encore balbutiante. Cela notamment parce que si la médecine sexuelle masculine sert la reproduction (sans érection, pas d’éjaculation et sans éjaculation, pas de reproduction !), en revanche la médecine sexuelle féminine ne sert que le plaisir et le désir… et semble alors beaucoup moins légitime. Et de fait, il n’y a quasiment pas de financement.

Un dernier point à relever, Il y a une tendance très énervante dans le corps médical et la société en général à penser que pour les femmes, tout est dans leur tête. « Vous les femmes, c’est dans votre tête ! ». On se penche sur la psycho-sexologie du plaisir féminin alors que la recherche fondamentale ne suit pas… et pourtant, des données anatomiques, physiologiques, etc., il nous en faut !

Les secrets de l'orgasme féminin

Du mystérieux point G à l'émergence des orgasmes multiples, la sexualité féminine a toujours surpris les scientifiques. Notre Spécialiste parle des expériences audacieuses qui ont finalement permis aux scientifiques de trouver des réponses à ces questions.

Ma machine à laver a un bouton de verrouillage. Pour l'activer, vous devez maintenir le bouton de démarrage enfoncé pendant un certain temps avec une certaine intensité. Si vous appuyez trop légèrement, rien ne se passe, si vous appuyez plus fort que nécessaire - et la machine émet un bip furieux. Mais une fois que vous maîtrisez la technique, tout devient très facile. Les lumières s'allument, le mécanisme se met en marche et finit par atteindre son apogée dans un frémissement et un crescendo. Une pile de vêtements enchevêtrés, mouillés mais frais, tombe de l'autre côté. Pour les non-initiés, c'est un processus étonnant.

J.D. Salinger a écrit un jour : "Le corps d'une femme est comme un violon. Il faut être un grand musicien pour savoir en jouer." Les pressions et les caresses appropriées plongent une femme dans une telle extase que, pendant quelques secondes, le reste du monde cesse d'exister pour elle. Mais si vous faites une petite erreur, vous risquez de souffrir, d'être déçu ou de ne rien faire. Avec les hommes, c'est très différent. Seules les érections sont obtenues, quelques minutes de stimulation vigoureuse conduisent généralement à l'éjaculation.

Pourquoi l'orgasme procure-t-il autant de plaisir ? D'où vient la capacité des femmes à avoir des orgasmes multiples ? Et existe-t-il vraiment un point G mystique ? La médecine n'a longtemps eu aucune réponse à ces questions. "Nous pouvons voler jusqu'à la lune, mais nous en savons encore si peu sur notre propre corps", déclare Emmanuel Gianini, de l'université Tor Vergata de Rome, qui, avec ses collègues, a consacré sa carrière à l'étude de la sexualité humaine. Ces "Masters of Sex" de la vie réelle ("Masters of Sex" est une série télévisée américaine consacrée aux pionniers de la recherche sur la sexualité humaine, William Masters et Virginia Johnson. - Ed.) ont mené de nombreuses expériences au cours des dernières années et sont parvenus à des conclusions importantes.

Un cerveau en feu


Le plus grand défi pour les scientifiques est de convaincre les femmes d'abandonner leur timidité et de participer à des expériences impliquant la masturbation ou des rapports sexuels dans un laboratoire et sous l'œil inconfortable d'un scanner IRM. L'un des responsables de cette étude, le Dr Barry Komisaruk de l'université Rutgers dans le New Jersey, a tenté de vérifier l'hypothèse selon laquelle la différence entre l'orgasme féminin et l'orgasme masculin est due à des réactions différentes dans le cerveau.

Les recherches ont montré que, malgré des voies d'accès à l'orgasme assez différentes, les hommes et les femmes présentaient une activité neuronale similaire dans le cerveau. "Pendant l'orgasme, les réponses cérébrales des hommes et des femmes présentent plus de similitudes que de différences", explique le Dr Komisaruk. - Nous voyons une activation totale du cerveau. En termes simples, c'est comme si tous les systèmes s'activaient en même temps."

Le cerveau d'une femme continue à recevoir des signaux de ses organes génitaux après l'orgasme, ce qui explique la capacité des femmes à avoir des orgasmes multiples.

Cela explique pourquoi les orgasmes sont si dévorants : si toute la forêt est en feu, il est très difficile de déterminer où le feu a commencé. "Si toutes les parties du cerveau sont activées simultanément pendant un orgasme, il est presque impossible de distinguer l'activité des différentes parties du cerveau", explique le professeur Komisaruk. C'est pourquoi nous ne pouvons penser à rien d'autre.

Ce feu de joie a des points chauds, cependant. L'un d'eux est le noyau dit "adjacent", la partie du cerveau responsable du plaisir, qui déclenche l'action de l'hormone spécifique qu'est la dopamine. Lors d'expériences, des rats ont préféré la stimulation électrique de cette région du cerveau à une alimentation trop riche pour qu'ils puissent mourir de faim. Outre le sexe, cette zone est également activée par la cocaïne, les amphétamines, la caféine, la nicotine et le chocolat. Il n'est pas surprenant que les orgasmes nous fassent désirer davantage.

Cependant, il existe des différences importantes après l'orgasme qui expliquent pourquoi les hommes et les femmes réagissent différemment après l'orgasme. Le Dr Komisaruk, ainsi que son collègue Kachin Allen, ont trouvé des preuves antérieures que certaines parties du cerveau des hommes cessent de répondre à une nouvelle stimulation sensorielle des organes génitaux immédiatement après l'orgasme. Alors que le cerveau des femmes reste activé. Cette découverte pourrait être la réponse à la question de savoir pourquoi les femmes sont capables de connaître des orgasmes multiples et pas les hommes.

Anatomie du plaisir


La question la plus difficile pour la science reste l'anatomie de l'orgasme. Le pénis ne possède qu'une seule voie pour la transmission des sensations au cerveau, alors que les organes génitaux féminins en possèdent trois ou quatre.

Le centre de la sexualité féminine est le clitoris, un petit monticule arrondi situé à un endroit peu commode, à un centimètre de l'entrée du vagin. On ne sait pas exactement qui a découvert l'importance du clitoris dans l'obtention de l'orgasme. Les premières images de cet organe sont apparues sur des Vénus paléolithiques, des statuettes féminines aux seins volumineux, à l'abdomen arrondi et aux organes génitaux hypertrophiés, qui symbolisaient le culte de la fertilité.

Au 16e siècle, le clitoris a été décrit pour la première fois comme un organe distinct du corps féminin qui produit du plaisir. Le chirurgien et anatomiste italien de la Renaissance Reald Colombo, dans son livre De re anatomica, publié en 1559, décrit le clitoris comme "le centre du plaisir des femmes". Cependant, au cours des siècles qui ont suivi, le plaisir féminin est passé au second plan et le clitoris a été oublié - du moins par les anatomistes et les médecins.


La science peut-elle expliquer pourquoi les femmes et les hommes perçoivent le sexe différemment ?

Elle est réapparue dans les écrits médicaux au vingtième siècle, mais n'a pas reçu l'attention qu'elle méritait. Bien que Sigmund Freud ait reconnu que le clitoris contribue à l'expérience de l'orgasme, il pensait que l'orgasme clitoridien était immature et devait être supplanté par l'orgasme vaginal avec l'âge. Le scientifique a attribué l'incapacité à éprouver un orgasme vaginal à l'immaturité psychosexuelle.

Des études ultérieures ont montré que le mètre psychosexuel était erroné. Environ 30 à 40 % des femmes ont déclaré n'avoir jamais atteint l'orgasme par la seule stimulation vaginale.

L'hypothèse selon laquelle l'orgasme vaginal est plus important que l'orgasme clitoridien a suscité l'indignation des féministes. On dirait que les femmes qui n'ont pas d'orgasmes vaginaux ne font tout simplement pas assez d'efforts. Alors, est-il possible pour toutes les femmes d'avoir un orgasme vaginal, ou est-ce le privilège d'une minorité chanceuse ? Est-il possible d'avoir un orgasme même en l'absence du clitoris ?

Le Dr Barry Komisaruk a fait ses premiers pas pour répondre à ces questions par accident, lors d'une étude du comportement d'accouplement chez les rats. Au cours d'une expérience, il a inséré une tige dans le vagin d'un rat femelle, ce qui a provoqué une réaction étrange chez l'animal. "Dès que j'ai touché le col de l'utérus, la femelle est devenue complètement immobile", explique le scientifique. De plus, avec cette stimulation, les rats étaient insensibles à la douleur. D'autres expériences ont confirmé l'hypothèse du scientifique : la stimulation vaginale bloquait la sensation de douleur. Mais comment cela se passe-t-il ?

Pour découvrir les raisons de cette réaction, le Dr Komisaruk a mené une étude avec le professeur Beverly Whipple, en étudiant des femmes présentant des degrés divers de lésions de la moelle épinière. Les recherches ont montré que même lorsque les voies nerveuses de la moelle épinière reliant les organes génitaux au cerveau étaient endommagées à la suite d'un traumatisme, les femmes étaient capables de sentir le toucher de leur vagin et de leur col de l'utérus. Certains ont pu connaître l'orgasme même lorsque leur nerf génital, qui transmet les sensations du clitoris au cerveau, était complètement bloqué. "Les femmes atteintes de lésions de la moelle épinière qui ne pouvaient pas sentir leur clitoris ont néanmoins connu l'orgasme grâce à la stimulation vaginale", explique le Dr Komisaruk. "C'est probablement la meilleure preuve que l'orgasme vaginal existe."

La sensation du vagin est transmise au cerveau par les nerfs dits vagaux, situés à l'extérieur de la moelle épinière. "Les femmes décrivent l'orgasme clitoridien comme plus local et externe, alors que l'orgasme vaginal implique tout le corps. Cela est probablement dû au fait que les nerfs qui transmettent la sensation du clitoris sont différents des nerfs vaginaux", ajoute le Dr Komisaruk. Quant au fait qu'un orgasme vaginal bloque mystérieusement la douleur, il peut s'expliquer par le fait que les nerfs de la moelle épinière produisent une hormone neurotransmetteur impliquée dans la perception de la douleur. Une fois que les signaux atteignent le cerveau, ils peuvent également déclencher la libération d'hormones telles que les endorphines, qui réduisent la douleur.

Donc, si différents nerfs transmettent les sensations de différentes zones de l'appareil génital féminin - et qu'ils peuvent tous déclencher un orgasme - peut-être certaines zones du vagin sont-elles plus sensibles que d'autres ? Comment les couples peuvent-ils atteindre cet insaisissable orgasme vaginal ?

clitoris

Le point G


Le fameux point G a longtemps fait l'objet de débats animés. Le terme a été inventé par l'obstétricien et gynécologue allemand Ernst Greffenberg (la première lettre de son nom a donné son nom au point - Ed.) au début des années 1980. Dans les années 1950, il a décrit une zone érogène sur la paroi antérieure du vagin, située au niveau de l'urètre. D'autres recherches ont montré que cette zone contient un complexe de vaisseaux sanguins, de terminaisons nerveuses et la glande restante, qui est l'équivalent de la prostate masculine. Des études montrent qu'un petit nombre de femmes - en particulier celles dont les muscles du plancher pelvien sont forts - en stimulant cette zone peuvent ressentir des orgasmes puissants accompagnés de la libération d'une petite quantité de liquide vésical qui n'est pas de l'urine.

La recherche du mystérieux point G a permis de découvrir l'anatomie complexe de l'appareil génital féminin.

Soudain, tout le monde s'est mis à parler de ce bouton magique sur la paroi frontale du vagin. Les couples ont fait des efforts - souvent assez vains - pour trouver ce site. Entre-temps, certaines féministes ont déclaré que la popularité croissante du point G est une tentative des hommes de faire revivre l'importance de la pénétration vaginale après qu'elle ait été éclipsée par l'orgasme clitoridien pendant la révolution sexuelle des années 60 et 70.

Les données soutenant ou réfutant l'existence du point G sont souvent incohérentes et exagérées. Une étude qui a nié l'existence du point G était basée sur les résultats de l'IRM d'une seule femme. Le débat est de plus en plus compliqué par des querelles sur la terminologie correcte des différentes zones internes de l'appareil génital féminin, et sur ce qu'il faut considérer comme le début et la fin de cette zone. Néanmoins, il semble exister des différences physiques entre les femmes qui ont connu un orgasme vaginal et celles qui n'en ont pas connu. En 2008, le Dr Giannini a publié une étude portant sur neuf femmes ayant eu un orgasme vaginal et onze autres affirmant n'avoir jamais eu d'orgasme lors de rapports sexuels avec pénétration. L'examen échographique a montré une zone de tissu plus épaisse dans l'espace entre le vagin et l'urètre dans le premier groupe de répondants.

Au départ, le Dr Giannini a conclu que cette zone était le légendaire point G. Mais des recherches plus poussées ont obligé à revoir cette conclusion. "Le mot "point" suggère quelque chose comme un bouton sur lequel il suffit d'appuyer pour obtenir du plaisir", explique-t-il. - Soit il est là, soit il ne l'est pas. Mais personne n'a été capable de décrire l'emplacement spécifique de ce point."

Si ce n'est pas un bouton, alors qu'est-ce que c'est ? Pour de nombreux scientifiques, la réponse est évidente : il s'agit du clitoris. De récentes études IRM du clitoris ont montré que l'idée qu'il s'agit d'un minuscule organe situé sous la surface de la peau est loin d'être vraie. Les analyses montrent une grande structure bombée de près de 9 cm de long, en forme de fourche. Elle est située entre le bord du vagin et le milieu du bassin, le long de l'urètre.

La partie supérieure de cet organe - la plus sensible - est située en surface. Et ses arches couvrent les deux côtés du vagin et se poursuivent dans les lèvres. 

Cet organe féminin a la même origine que le pénis masculin. Ces deux organes sont formés à partir du même tissu embryonnaire dans les premiers stades du développement du fœtus. Mais il existe des différences importantes : l'organe génital masculin ne dépend pas de l'action des hormones, comme la testostérone, une fois la période de maturation terminée. Le vagin, quant à lui, réagit aux hormones telles que les œstrogènes, ce qui explique que le désir sexuel des femmes fluctue tout au long de leur vie.

La structure complexe des organes génitaux explique pourquoi il est si difficile de prouver - ou de réfuter - l'existence du point G. Ainsi, la stimulation de la paroi antérieure du vagin est impossible sans contact avec l'intérieur du clitoris et de l'urètre.

La taille est-elle importante ?


Au vu de ces études, les scientifiques ont commencé à se demander si la taille et l'emplacement du clitoris chez les femmes en bonne santé pouvaient affecter la facilité avec laquelle elles atteignent l'orgasme lors de rapports sexuels avec pénétration. Des examens IRM ont montré que plus la taille de la partie externe du clitoris est petite et plus elle est éloignée de l'entrée du vagin, plus il est difficile pour les femmes d'atteindre l'orgasme avec la seule stimulation vaginale.

Ces études prouvent donc que les femmes peuvent atteindre l'orgasme de plusieurs façons, soit par la stimulation vaginale, soit par la stimulation clitoridienne, soit par les deux. D'autres recherches menées par le Dr Komisaruk ont montré que les sensations provenant de différentes zones des organes génitaux féminins - ainsi que des mamelons - sont transmises à la même zone du cerveau, mais à des endroits légèrement différents.

"Ainsi, les différents types d'orgasmes ont une explication neuro-anatomique", déclare le Dr Komisaruk. - "Cela prouve pourquoi la stimulation simultanée du clitoris, du vagin et du col de l'utérus entraîne les orgasmes plus intenses, plus complexes et plus agréables que les femmes décrivent.

Pour les femmes qui éprouvent des difficultés à atteindre l'orgasme lors de rapports sexuels avec pénétration, ou lors de tout autre rapport sexuel, les scientifiques recommandent une chose : expérimenter.

Il n'y a pas de recette universelle pour une bonne sexualité

Mes patientes disent : "Je ne peux pas avoir d'orgasme vaginal, donc il y a quelque chose qui ne va pas chez moi", explique le Dr Rachel Polz, de Cincinnati (Ohio). - Mais ça ne l'est pas. Chaque femme présente des différences individuelles. Pour certains, la stimulation du clitoris lors de rapports sexuels avec pénétration est suffisante ; pour d'autres, c'est un peu plus compliqué et nécessite une stimulation supplémentaire. Mais les femmes doivent savoir que si elles ne ressentent pas d'orgasme lors d'une pénétration vaginale, c'est tout à fait normal."

Le message du professeur Giannini aux femmes est le suivant : "Profitez non seulement du sexe, mais aussi de l'apprentissage de votre propre corps, comprenez qui vous êtes aujourd'hui, car demain vous serez peut-être différente. N'ignorez pas la variété infinie que nous offre la nature. Le corps d'une femme n'est pas une machine qui fonctionne toujours de la même manière".